Le couloir des pas perdus

Le
couloir
des pas
perdus

Performance vocale où la voix est déclinée sous toutes ses formes , « Le couloir des pas perdus » est un objet scénique multiforme, entre poésie sonore, récit, pièce électroacoustique et audiovisuelle.

REPORT PHOTO : 27 Mai 2015 19h00

 

La chanteuse Laurence Moletta travaille en temps réel des sons grâce à une panoplie de capteurs embarqués sur son corps qui pilotent à distance un logiciel de création sonore.

 

Un dispositif pour voix et corps augmenté qu’elle a développé personnellement pour son travail vocal. Une voix venue d’ailleurs raconte dans divers langages musicaux et littéraires, l’histoire de notre passage d’un milieu liquide intra-utérin vers un milieu aérien, en passant par le grand saut de la naissance. Cette performance est un parcours émotionnel, à la rencontre de nos perceptions les plus primitives. Se voir et s’en- tendre naître, une quête vers notre paradis perdu.

 

Laurence Moletta a collecté, au grès de ses rencontres, des récits et anecdotes de naissance. Ces textes, repris par Stéphane Oertli, constituent le fil rouge de la performance. Réécrits de façon très musicale, ce qui laisse à la chanteuse augmentée une grande liberté d’interprétation, la partition sonore se mêle au texte, la chanteuse joue avec les phonèmes des mots, les rythmes des syllabes...

 

Sa voix charpente le corps du texte, compose et décompose les sonorités, mêle avec délice les paysages sonores et les mots. Une voix tantôt soliste, parler, chanter, texturée...d’une grande amplitude vocale.

 

Chaque texte bénéficie d’une mise en musique qui lui est propre et qui existe par elle-même dans une complémentarité avec la composition vidéo réalisée par Stéphane Broc.