Résidence Croisée #1

Résidence
croisée
#1

Dans le cadre de leur programme de résidences croisées, les Pépinières européennes font se rencontrer les artistes Klaus Fruchtnis et Ndoho Ange accompagnée par six jeunes danseuses.
Ce temps de collaboration aboutira sur une présentation de leur travail à la Maison de l’Arbre le lundi 23 mars à 19 heures.

Leur projet de résidence « Tentative d’épuisement d’un lieu montreuillois » questionne l’influence des nouvelles technologies sur notre sensibilité, notre perception, notre interprétation et la représentation de l’espace urbain qui nous entoure.   Par l’observation, la participation et l’échange, les spectateurs seront amenés à prendre conscience du processus créatif d’une telle collaboration. Si le spectateur est confronté à ses limites physiques, le virtuel abolit toutes formes de frontières, permettant de fusionner les univers et les cultures des artistes invités ; le numérique pour Klaus Fruchtnis et la danse pour Ndoho Ange. Cette rencontre offrira au public une immersion sensible dans l’espace de la Maison de l’Arbre.    

KLAUS FRUCHTNIS (COLOMBIE – FRANCE)  

Chercheur et artiste transdisciplinaire franco-colombien, Klaus Fruchtnis est diplômé des Beaux-Arts de Paris en spécialité art numérique et de la Sorbonne où il a étudié le design technologique et les nouveaux médias. Il s’appuie sur les nouvelles technologies pour développer des projets aux dimensions sociales et politiques, partagés dans la diversité culturelle. Artiste de la relation à l’autre, il n’hésite pas à s’éloigner des lieux habituels de la culture et se confronte à tous les domaines artistiques : photographie, multimédia, dessin numérique, expérimentation médiatique, dans un désir de recherche toujours plus profonde de proximité avec le public. Klaus Fruchtnis implique le public dans chacune de ses pièces créant une relation, un événement participatif où le spectateur devient acteur.    

NDOHO ANGE  (FRANCE)  

Artiste performeuse, Ndoho Ange raconte des histoires en dansant. Dans les années 2000, elle se perfectionne en hip-hop et expérimente l’improvisation. Ndoho Ange se forme à la technique de mouvement Dunham qui emprunte à des influences antillaises, subsahariennes, sud-américaines et afro-américaines au centre Free Dance Song. Elle part étudier les danses traditionnelles aux Antilles, où elle rencontre la chorégraphe Léna Blou qui lui enseigne la Technique Ka. Ndoho Ange développe actuellement une recherche chorégraphique sur les mouvements du corps en état de transe.  

Ndoho Ange a initié en 2014, un projet chorégraphique en binôme avec une éducatrice Katia Baudry et une dizaine de jeunes filles montreuilloises. Lors de cette résidence croisée avec Klaus Fruchtnis, les jeunes filles et Ndoho ange collaboreront avec l’artiste numérique pour élargir leur travail au travers de nouveaux médiums.

Avec le soutien de :  

la Commission européenne, du Ministère de la Culture et de la communication du Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports, du conseil régional d’Ile-de-France - programme Fabriques de la Culture, la Mairie de Paris - programme de résidence à la Cité internationale des Arts, le conseil général de Seine-Saint-Denis.

Avec le concours de :  

L’Association Rues et Cités, La Parole Errante à la Maison de l’Arbre, NOVA et Arte Créative.